Forums de NintenDomaine - Forums de Planète Zebes

 

[ Index ]
[ Test | Images | Artworks | Boxart | Crédits | Manuel ]
[ Cartes | Bonus | Équipement | Guide des boss | Guide infiltration ]


TEST

Après toute l’attente que nous avions subie depuis Super Metroid, il faut avouer que les épisodes se suivent à un rythme effréné ! Voici donc Metroid Zero Mission, ou la réécriture de la toute première aventure de Samus…

Rédigé par Wolf Dark

Présentation :

    Je sais pas vous, mais moi, quand j’achète un nouveau jeu, je commence par lire la notice en entier. En toute logique, je vais donc vous parler en premier de ce petit livret. Rien de très transcendant, comme on peut s’y attendre. Tout est clair et bien expliqué, mais sans plus. C’est d’ailleurs ce qui me chagrine un peu : il aurait été de bon aloi de retrouver les images assez naïves présentes dans la notice du premier Metroid, ou même d’autres images les évoquant sans les copier réellement.

    Quant au jeu, une fois démarré, il présente une introduction sobre et de bon goût, avec de belles images ponctuées par un texte, fort proche de la version d’origine, qui plaira aux puristes.

    Bref, même si la notice n’est plus ce qu’elle était (mais c’est un signe des temps), on peut dire que MZM s’acquitte de tout ce qu’il faut, ni plus ni moins.

Graphismes et animation :

    Comme toujours dans la série des Metroid, un grand souci est accordé aux détails. Samus est superbement réalisée, et donne cette fois une impression moins robotique, grâce à la fluidité de ses mouvements. De plus, un effort important a été réalisé au niveau des décors de fond, qui ne sont plus aussi discrets qu’autrefois : on a enfin l’impression qu’une partie de Zebes se trouve réellement en fond, notamment avec les grottes, qui donnent une profondeur très immersive.

    Quant aux monstres, malgré un aspect parfois un peu « bande dessinée » (Kraid notamment), ils restent convaincants. On retrouve avec joie les horreurs qui peuplent les profondeurs de la planète des Pirates, avec pas mal de nouveautés parfaitement réalisées. Pour résumer, on sent un travail soigné derrière tout cela, ce qui permet une implication optimale dans l’aventure.

    Enfin, l’animation est impeccable, sans la moindre bavure. Je n’ai pas encore vu le moindre ralentissement, mais peut-être que je m’y prends mal !

Musiques et sons :

    J’attendais avec beaucoup d’impatience les musiques de ce jeu, puisqu’il devait s’agir de remix des magnifiques thèmes originaux. Eh bien, je n’ai pas été déçu ! Les thèmes de Brinstar et de l’antre de Kraid, qui n’en sont pas à leur première reprise, sont comme toujours respectivement entraînant et inquiétant. Quant aux autres, beaucoup moins connus, ils sont devenus de purs bijoux. Mention spéciale pour la musique de Norfair, dont la discrétion originale laissait peu de liberté pour un remix de qualité, et qui pourtant est devenue une sublime mélodie, à la fois très différente et très fidèle à son modèle. A noter également des reprises de certains thèmes de Super Metroid et même de Metroid Prime, qui pour le coup, sonnent un peu moins bien sur la portable. Mais bon, globalement, les musiques sont une grande réussite !

    Les sons, quant à eux, sont toujours aussi cohérents avec l’univers du jeu. Bien que simples, ils sont suffisamment bien réalisés pour mettre dans l’ambiance et témoigner de ce constant souci du détail que l’on retrouve dans tout le jeu.

Jouabilité :

    Comme toujours dans la série Metroid, la jouabilité est impeccable. Samus répond immédiatement à la moindre des sollicitations, et ne glisse pas. Inutile de fustiger le jeu, tout ce qui vous arrivera sera de votre fait. En revanche, j’avoue avoir du mal à me faire à la pression sur L puis sur bas pour obtenir le tir diagonal bas. Ca ne sort pas instinctivement, mais ce n’est peut-être que moi ! Sinon, les commandes sont calquées sur Metroid Fusion, les habitués ne seront donc pas dépaysés. Je regrette toutefois, une fois encore, que l’on ne puisse pas modifier les fonctions de chaque bouton. Enfin, la configuration obligatoire est tellement nickel chrome que finalement, c’est très secondaire…

Scénario :

    Alors que l’on croyait connaître l’histoire de la première mission de Samus, voilà une fort jolie réécriture. Le scénario reprend les éléments fondamentaux du premier jeu, en y ajoutant divers éléments qui permettent de découvrir certaines parties méconnues du passé de l’héroïne cybernétique. L’histoire est donc bien agréable, et surtout, elle est raconté de manière discrète, avec très peu de texte, l’accent étant mis sur des images d’une grande qualité. En revanche, sans révéler l’intrigue, j’avoue faire difficilement le lien entre la fin de cet épisode et Metroid Prime, qui est censé le suivre.

Durée de vie et difficulté :

    Voilà la partie que l’on attend au tournant ! Sans grande surprise, le jeu est plutôt facile et se finit très vite si l’on ne cherche pas à avoir tous les objets. Ainsi, il est à mon sens crucial de jouer directement en Normal, sans passer par le mode Facile. Même en prenant bien son temps, on peut compter sur environ 5 heures de jeu pour en voir le bout le première fois (soit 1,5 fois le temps affiché à la fin du jeu, qui ne tient pas comte des pauses et de tous les passages de portes). C’est évidemment peu, d’autant que la facilité à combattre les ennemis s’accompagne d’une orientation progressive vers les objectifs suivants, même si celle-ci reste parfois floue.

    Néanmoins, le mode Difficile, accessible à votre première victoire, vous donnera nettement plus de fil à retordre : toutes les réserves d’énergie et de munitions sont divisées par deux et les ennemis sont plus puissants. Autant dire que vous aurez besoin de forcer un peu plus pour voir le bout de ce mode. Obtenir 100% des objets sera ensuite plutôt amusant et long, j’en suis pour ma part à plus de 90% avec 6h30 de jeu au compteur en mode Difficile. Les objets m’ont d’ailleurs semblé globalement assez faciles à trouver pour le moment (mais pas toujours à obtenir !). On peut donc dire que j’ai déjà consacré une quinzaine d’heures à ce titre, et ce n’est sans doute pas fini ! Car il paraît que 8 fins différentes sont à débloquer selon le temps de jeu et le pourcentage d’objets trouvés. Enfin, le jeu original Metroid est disponible dès que l’on finit MZM pour la première fois, ce qui peut occuper les courageux encore un long moment !

    Je tiens néanmoins à faire ici état d’un regret : il me semble que l’environnement du premier Metroid était plus étendu, avec des secrets plus nombreux. Dans l’antre de Kraid et Norfair, notamment, le niveau s’étendait sur des hectares infernaux, peuplés de créatures d’une puissance cauchemardesque. Même si les salles étaient parfois vides, elles donnaient une impression de taille plus importante et la sensation de se trouver dans un labyrinthe très complexe, notamment parce qu’elles se ressemblaient souvent. A y repenser, on avait parfois l’impression d’être dans le film « Cube » (sauf qu’il n’était pas sorti à l’époque !).

    Bref, la durée de vie dépend du type de joueur que vous êtes : si vous vous contentez de finir un jeu une fois en traçant, vous en aurez pour 3 ou 4 heures. Si vous êtes jusqu’au-boutiste, je pense que vous pourrez tabler facilement sur plus de 20 heures, voire près de 30. Pour ma part, je trouve dommage de ne pas profiter de l’immense plaisir de l’exploration et de la découverte en partant à la chasse aux secrets de la Planète Zebes !

De l’exploration d’un jeu déjà connu…

    La question que l’on peut se poser en démarrant un remake comme MZM, lorsqu’on connaît bien la version originale, c’est de savoir si le jeu pourra encore surprendre. Eh bien, je dois dire que MZM s’en sort bien à ce niveau. Le nostalgique que je suis aura tout à la fois une petite larme en reconnaissant certains éléments et de la surprise en constatant certaines modifications, parfois subtiles mais bien présentes. En outre, les concepteurs ont su ajouter les nouveaux éléments de la série (comme les blocs qui se dissipent sous les pieds de Samus) avec discernement. Enfin, le fameux instinct Metroid, qui permet de découvrir des passages secrets sans trop savoir ce qui donne envie de poser une bombe sur CE morceau de mur, est bien présent, même s’il est moins développé que dans le jeu d’origine.

    Ce qui frappe dans ce jeu, finalement, c’est qu’il reprend des éléments issus de presque tous les épisodes de la série. Qu’il s’agisse d’une musique, d’un passage cinématique ou de certains objets, on a l’impression de redécouvrir cet épisode initial de la saga avec des éléments qu’on n’osait pas imaginer.

Intérêt global :

    Le fait qu’il s’agisse d’un remake donne à penser que l’intérêt pourrait être à double vitesse, selon qu’on est novice ou connaisseur. Mais finalement, je pense qu’il n’en est rien. Alors que le fan revivra les heures bénies du temps de la NES, le nouveau venu pourra découvrir un jeu passionnant, avec des tonnes d’objets et d’énigmes à résoudre. Il conviendra en effet de se creuser parfois la tête et d’explorer minutieusement tout le décor pour trouver quoi faire. De même, il faudra découvrir le point faible des boss pour les abattre le plus efficacement possible. Quant au fan, il pourra se délecter en usant de techniques éprouvées telles que les rebonds sur les murs ou le saut avec les bombes. De plus, une nouvelle technique est disponible avec l’accélérateur, mais chut !

    Je crois donc que la grande force de ce jeu est de proposer une aventure comme toujours passionnante, et qui le sera tout autant pour le débutant que pour le confirmé, pour des raisons différentes. Enfin, la partie finale du jeu devrait scotcher tout le monde par la tension qu’elle suscite !

En résumé :

Présentation : 90%
    Une grande clarté générale, quelques éléments auraient pu être ajoutés, mais le nécessaire est bien présent.

Graphismes : 95%
    Des environnements détaillés et variés, des protagonistes bien travaillés, bref, tout le nécessaire pour que ce soit au poil.

Animation : 100%
    Soit je ne suis pas observateur, soit il n’y a vraiment pas le moindre ralentissement dans ce jeu !

Musiques : 98%
    Hormis quelques musiques des versions SNES et GC qui rendent moins bien sur la GBA, les remix sont excellents, et respectent bien les thèmes originaux en les transcendant.

Sons : 95%
    Rien à dire, c’est propre et de bon aloi.

Jouabilité : 96%
    Samus répond au nanomètre, je déplore juste cette saleté de tir diagonal bas ! ^^

Durée de vie : 30% pour les pressés, 90% pour les explorateurs
    Tout dépend de votre tempérament, comme je l’ai expliqué plus haut. Selon votre motivation pour recommencer en Difficile, pour jouer à Metroid NES et pour trouver tous les objets et les fins, comptez entre 4 et 30 heures « réelles ».

Intérêt : 96%
    Bon, évidemment, il faut aimer l’exploration et le style du jeu. Mais si c’est le cas, on s’amuse comme un fou et il est difficile de décrocher, que l’on connaisse ou pas la série des Metroid.

Note finale : 85% pour les pressés, 96% pour les explorateurs
    La durée de vie étant une variable importante, elle influera fortement sur votre perception du jeu. Cela dit, le temps que vous y passerez, qu’il soit long ou court, sera sans doute un grand moment de plaisir dont il serait dommage de se priver. Une belle réussite qui confirme le succès toujours mérité de la saga Metroid.

Wolf Dark

<<< Retour

Metroid: Samus Returns
Japon :
15 septembre 2017
Amérique :
15 septembre 2017
Europe :
15 septembre 2017



Les bugs vous ont beaucoup gênés ?

Oui, c'était affreux ! Moi qui voulait relire toutes les fanfics...

Boarf, j'avais essayé de cliquer sur une news mais ça m'interessait pas en fait. Donc non.

Des bugs ? Quels bugs ?

Ce qui me gène c'est la nullité du remake de Crash Bandicoot

Webmaster : Bidoman
Programmation : Akin / Bidoman - Design : Schlaq
Réalisation : la NDM-Team - © Planète Zebes - NintenDomaine 2003 ~ 2018